Leasing de vélo électrique : une solution pour les entreprises ?

Leasing de vélo électrique : une solution pour les entreprises ?

De nombreuses entreprises souhaitent aujourd’hui investir dans les solutions de mobilité verte et durable à proposer à leurs collaborateurs dans l’optique de participer à la protection de l’environnement, d’améliorer leur image auprès du public et surtout pour des raisons de coût. Les organisations cherchant une alternative à la voiture individuelle peuvent proposer le vélo électrique à leurs équipes. Bon pour la santé, il l’est également pour l’environnement et surtout pour le portefeuille étant donné qu’il est disponible en leasing.

Le vélo électrique en entreprise

Dans les discussions d’entreprise, le thème de la mobilité durable devient de plus en plus récurrent, et cela, pour de nombreuses raisons. D’abord, l’objectif est d’apprendre aux salariés à se défaire de la voiture individuelle. On sait que ce mode de locomotion est particulièrement polluant et qu’aujourd’hui, les routes sont encombrées. D’ailleurs, le gouvernement lui-même incite les consommateurs à se tourner vers des solutions de mobilité verte comme le vélo en déployant des centaines de kilomètres de pistes cyclables dans les plus grandes villes du pays. Le développement des infrastructures se poursuit progressivement de façon à favoriser l’usage des deux roues.

Outre l’aspect écologique, les entreprises devraient également investir dans les vélos électriques pour améliorer la santé de leurs salariés. Est-il encore nécessaire de parler des bienfaits de la pratique régulière d’activités physiques ? Avec le vélo électrique, l’entreprise fait d’une pierre deux coups puisqu’en plus de fournir un moyen de déplacement à ses équipes, elle participe à leur santé et leur bien-être, ce qui a forcément des impacts sur l’amélioration de la productivité.

À tout cela s’ajoute l’aspect financier. Un vélo électrique de fonction coûtera toujours moins cher qu’une voiture de fonction. Il n’a pas besoin d’être alimenté en carburant et le prix de son entretien est dérisoire par rapport à celui d’un véhicule.

Combien coûte un vélo électrique ?

En magasin, les prix de vélo électrique d’entrée de gamme démarrent à 500 euros. À ce tarif, l’utilisateur bénéficie d’équipements basiques. Ensuite, il existe les gammes de prix allant de 800 à 1400 euros. Ces modèles se dotent d’une technologie d’assistance surnommée « tout ou rien ». Puis viennent les vélos urbains tarifés entre 1400 et 3000 euros. Ces derniers ont l’avantage d’offrir les meilleures options : consoles plus innovantes, moteur dans le pédalier, freins à disque, porte-bagages, meilleure qualité d’éclairage… Enfin, les vélos haut de gamme qui se négocient à plus de 3000 euros. Ces derniers sont extrêmement rapides, car étant capables d’atteindre la vitesse de 45 km/h.

Mettre en place le vélo de fonction en entreprise avec un financement en leasing

Les prix élevés des vélos électriques peuvent parfois décourager les entreprises à investir. Or, il n’est pas obligatoire de payer cash l’achat de ces équipements grâce au leasing. Cette formule de location longue durée permet de payer uniquement l’usage du vélo à travers des loyers mensuels. Ces derniers peuvent coûter moins de 50 euros par mois et inclure en même temps les frais d’entretien et de maintenance. Avec le leasing, les entreprises maîtrisent leur budget et ont une meilleure visibilité sur les dépenses générées par leur flotte. Mais surtout, elles épargnent leur trésorerie et leur capacité d’endettement en n’étant pas contraintes de souscrire à un crédit bancaire pour financer l’achat des équipements.

Les avantages fiscaux du vélo électrique en entreprise

Les entreprises proposant gratuitement des vélos à leurs collaborateurs ont accès à des réductions fiscales. Cette mesure a été instaurée par le gouvernement dans l’optique d’inciter l’usage de ce mode de locomotion et ainsi diminuer les rejets de gaz à effet de serre. Les dépenses engendrées par la mise en place de la flotte peuvent être déduites du montant de l’impôt sur les sociétés. Attention, cette prérogative est exclusive aux professionnels soumis à l’impôt sur les sociétés et non à ceux assujettis à l’impôt sur le revenu.

Vos commentaires